vendredi 23 janvier 2015

Matches truqués de Nîmes : ce que révèlent les écoutes sur Serge Kasparian et Franck Toutoundjian

Le 17/01/2015 à 14:21:00 | Mis à jour le 17/01/2015 à 19:01:36

Ce que révèlent les écoutes de Nîmes


Le Monde révèle ce samedi une partie des auditions et des écoutes téléphoniques réalisées dans le cadre de l'enquête sur le scandale des matches truqués de Nîmes : où on peut constater que ce n'est pas si facile d'influencer un résultat.

La justice enquête actuellement sur six matches de Nîmes (L2) dont le résultat auraient truqués lors de la saison 2013-2014. Six personnes, dont le président du club Jean-Marc Conrad et Serge Kasparian, un des actionnaires, ont été mis en examen pour «corruption active ou passive dans le cadre de manifestations sportives pouvant donner lieu à des paris sportifs». Les écoutes de la police montrent néanmoins que les tentatives pour influencer le résultat des mathes ne sont pas toujours concluantes.

Dijon : une débâcle imprévue...

La débâcle à Dijon du 25 avril (1-5), Serge Kasparian (actionnaire nîmois) ne l'a pas vue venir. Quatre jours avant la rencontre, il s'adresse à son fils Anthony, gardien remplaçant des Crocos, et évoque aussi une future rencontre face à Créteil, qui se terminera par un nul (1-1) le 16 mai.
« - Pour le prochain match, c'est bon. (...) C'est sûr. Celui-ci, c'est sûr. Et Créteil, c'est pareil.
- Ils le lâchent ou c'est match nul ?
- Ils lâchent. Enfin, ils lâchent gentiment, je veux dire. Enfin on va voir.(…) Ne dis rien, ne dis rien, hein…»

Créteil : des prêts de joueurs dans la balance

Le 16 mai, Créteil et Nîmes (1-1) sont sauvés mais Franck Toutoundjian (président d'Ararat Issy, proche de l'actionnaire nîmois Serge Kasparian) évoque le match des Nîmois face aux Cristoliens avec son joueur Laurent Mohellebi : «Je vais lui préparer des prêts de joueurs. Je peux placer des joueurs d'Arménie, on peut essayer de lui prêter des joueurs de Monaco aussi, pourquoi pas. Il va bander, le Portugais.»

CA Bastia et ses «Corsicos»

Dès le 11 avril, avant le duel face au CA Bastia, le président de Nîmes Jean-Marc Conrad dîne avec son homologue corse puis discute avec l'actionnaire Serge Kasparian : «C'est compliqué… On a bien discuté, mais ils ont eu des problèmes avec la brigade des jeux…» La rencontre se termine par un nul 1-1. M.Toutoundjian et M.Kasparian refont ensuite le match :
« - C'est pas mal, mais ils ont pas été cool quand même.
- Ouais, avec les Corsicos c'est…
- Ouais, c'est pas des cadeaux.
- Non, ils sont spéciaux.
- Ils sont spéciaux, je sais.
- On les connaît par cœur. »

A lire dans Le Monde "Les Pieds nickelés"
Source : http://www.lequipe.fr/Football/Actualites/Des-ecoutes-a-la-audiard/528850