samedi 31 octobre 2015

Le député PS Jean-Marc Germain (vice-président du groupe d'amitié France-Arménie) a rencontré un des leaders du Hezbollah au Liban




Au Liban, la diplomatie parallèle version PS
EXCLUSIF. Le député socialiste Jean-Marc Germain, proche de Martine Aubry, a rencontré des parlementaires libanais jeudi, dont un représentant du Hezbollah.

Par Hugo Domenach
Publié le 30/10/2015 à 12:48 - Modifié le 30/10/2015 à 14:32 | Le Point.fr

Reçu comme un chef d'État en exercice par Vladimir Poutine à Moscou, Nicolas Sarkozy n'est pas le seul homme politique français à faire de la diplomatie indépendamment du Quai d'Orsay. Proche de Martine Aubry, le député socialiste Jean-Marc Germain a rencontré jeudi des parlementaires libanais en marge du sommet des partis socio-démocrates arabes, dont Mohammad Raad, le chef du bloc parlementaire Hezbollah.
« Embarrassé »

Rue de Solférino, on se déclare particulièrement « embarrassé » par cette visite. En 2013, Jean-Christophe Cambadélis avait dénoncé la rencontre entre François Fillon et des membres de l'organisation libanaise classée comme terroriste en Europe. Si le Quai d'Orsay est, pour l'heure, injoignable, Laurent Fabius n'a pas apprécié cette rencontre non officielle d'un membre de son parti politique avec le parti chiite.

Contacté vendredi par Le Point, Jean-Marc Germain, toujours au Liban, reconnaît avoir rencontré Mohammad Raad. Mais il déclare avoir « rencontré des parlementaires de tous les groupes » pour qu'ils lui « expliquent la situation institutionnelle ». Il dit avoir également rencontré « des acteurs de la société civile et des milieux économiques ».
« J'ai informé personnellement Jean-Christophe Cambadélis »

Le secrétaire national à l'International et à la Francophonie du PS explique également que sa visite s'inscrit dans le cadre d'un forum du Parti socialiste qui a lieu vendredi et samedi au Liban. « Je suis venu au nom du PS en accord avec la direction. J'ai informé personnellement Jean-Christophe Cambadélis. Après, il n'a pas validé mon programme. Et j'ai été reçu par l'ambassadeur », se défend encore Jean-Marc Germain.

Par ailleurs, le député des Hauts-de-Seine rappelle qu'« il y a eu une mission parlementaire du PS au Liban il y a 15 jours avec Benoît Hamon [député socialiste, membre de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, NDLR] et Axel Poniatowski [député Les Républicains vice-président de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, NDLR] ».

Si le Hezbollah est un parti politique officiel au Liban, les États-Unis, le Canada, l'Australie et Bahreïn l'ont placé sur leur liste des organisations terroristes. Le 22 juillet 2013, l'Union européenne a aussi classé la branche militaire du Hezbollah sur sa liste des organisations terroristes.
Source : http://www.lepoint.fr/politique/au-liban-la-diplomatie-parallele-version-ps-30-10-2015-1978126_20.php

En 2012, le Hezbollah libanais a été à l'origine d'un attentat-suicide antisémite en Bulgarie (pays membre de l'UE), qui a tué 5 touristes israéliens et un chauffeur de bus bulgare. En 2015, dans la Chypre grecque (encore un pays membre de l'UE), un Libano-Canadien membre du Hezbollah a été arrêté, après la découverte chez lui de deux tonnes de matériaux susceptibles de servir à la fabrication d'une bombe. Dans la guerre civile syrienne, le Hezbollah joue un rôle particulièrement néfaste (assistance à l'armée d'Assad, allant jusqu'à l'implication dans des massacres de civils), ce qui a eu pour conséquence une extension des tensions intercommunautaires au Liban voisin (le Hezbollah exerce une influence paralysante sur les institutions de ce pays).

Collaborateur sans fard du lobby arménien, Jean-Marc Germain avait accompagné François Hollande lors de son voyage en Arménie, pour le centenaire du "génocide arménien" : http://jeanmarcgermain.fr/2015/05/03/commemorations-du-centenaire-du-genocide-armenien-derevan-a-clamart/

Laissons la parole à M. Germain :

"Génocide arménien : pour une loi pénalisant les négationnistes

En avril dernier, j’ai tenu, en participant aux cérémonies de commémoration
du génocide, à marquer mon amitié pour le peuple arménien. En 2001,
avec Lionel Jospin, la France a reconnu officiellement le génocide arménien.
Je souhaite, en tant que vice-président du groupe d’amitié France-Arménie,
que malgré les difficultés juridiques rencontrées, puisse voir le jour dans les
meilleurs délais une loi pénalisant les négationnistes."

Source : http://jeanmarcgermain.fr/wp-content/uploads/2013/07/Livret_JMG36b.pdf (p. 6)

Quand on connaît les relations symbiotiques du PS avec la FRA-Dachnak (organisation ultra-nationaliste arménienne ayant collaboré avec le IIIe Reich et commis des attentats terroristes jusque dans les années 80, mais qui est pourtant membre de l'Internationale socialiste), ces rapports cordiaux avec l'organisation terroriste du Hezbollah sont loin d'être illogiques : les dachnaks du Moyen-Orient sont alliés au Hezbollah et au régime des Assad (lequel a par ailleurs protégé le SS Alois Brunner, responsable de l'extermination des Juifs de Salonique et d'une grande partie des Juifs de France, jusqu'à sa mort probable en 2010).

Bien que négationniste (au sens exact du terme : nier la Shoah), le Hezbollah participe en outre aux commémorations du "génocide arménien" au Liban.

Autre domaine pouvant contribuer au rapprochement de cadres du PS avec l'organisation terroriste du Hezbollah : leurs relations troubles avec les officines du PKK en France (le PKK est une organisation "amie" du FPLP palestinien, lui-même antisémite et aidé par l'Iran), leur enthousiasme en faveur du nationaliste kurde pro-PKK Demirtaş (qui soutient publiquement le Hezbollah libanais), mais aussi le soutien logistique du gouvernement Hollande-Valls aux YPG (de l'aveu même de Le Drian, en dépit du fait que lesdites YPG sont alliées aux forces d'Assad et au Hezbollah dans le Nord-Est syrien et même dans la région d'Alep, et commettent par ailleurs des crimes de guerre contre les populations civiles).

Récapitulons : un responsable des relations internationales du PS a donc rencontré le représentant d'une organisation réellement négationniste et qui tue des civils sur le territoire de l'UE (dont le seul "tort" était d'être des Juifs de nationalité israélienne), le jour même où la ministre de la Justice (promotrice des lois mémorielles et proche du CCAF, co-présidé par le dachnak Mourad Papazian) du gouvernement français patronnait une conférence visant à stigmatiser un prétendu "négationnisme turc", conférence qui a eu lieu à la mairie de Paris, mairie qui est dirigée... par l'épouse de M. Germain (!) :




Pour "couronner" le tout, il est prévu que M. Germain (membre du "Cercle d'amitié France-Karabagh") participe à une rencontre au sujet du Haut-Karabakh (territoire azerbaïdjanais occupé par l'Arménie et vidé de ses habitants musulmans par les forces nationalistes arméniennes, notamment dachnakes), où il côtoiera Girair Achdjian (président de l'"Association de Soutien au Haut-Karabagh") et Laurent Leylekian (qui a fait l'objet d'une condamnation judiciaire pour diffamation contre une écologiste franco-turque) : http://www.nouvelhay.com/2015/11/01/tout-avait-si-bien-commence-conference-le-2-novembre-salle-nourhan-fringuian-15-rue-jean-goujon-75008-paris/

Là aussi, il y a une certaine cohérence, eu égard aux relations étroites entre le régime bananier arménien et l'Iran islamiste (et négationniste). 

Voir également : Le monstrueux attentat d'Orly : le terrorisme arméno-syrien contre la France

Le PS et le terrorisme arménien (1981-1982) : à quand la "repentance" au nom du "devoir de mémoire" (sic) ?

Monte Melkonian et l'attentat de la rue Copernic

L'"antisionisme" de la mouvance ASALA

24 avril 1989 : une commémoration sous le portrait de Khomeini

L'Université d'Arménie accorde un doctorat honorifique au chef du Amal, mouvement islamiste libanais  

Le discours anti-israélien du dirigeant libanais Nabih Berri (chef du mouvement islamiste chiite Amal) applaudi par les députés du Parlement arménien

Syrie : Nerses Kilajyan et le Hezbollah

Le tyranneau Serge Sarkissian félicite Bachar el-Assad pour sa "réélection"

Qui ment sur les Arméniens de Kessab ?

Quand le délinquant Cambadélis "oublie" l'alliance entre la FRA-Dachnak (membre de l'IS) et le Hezbollah 

Deux repris de justice "socialistes" aguichent le lobby arménien