mardi 17 novembre 2015

Attentats de Paris : des relais du lobby arménien dérapent

Dans un article, Robert Fisk a relié les attentats féroces qui ont ensanglanté Paris à la "guerre sauvage de la France en Algérie" (il a l'air de tellement bien connaître le sujet, qu'il croit qu'elle a commencé en 1956) :

"France’s unresolved Algerian war sheds light on the Paris attack

The French-Algerian identity of one of the attackers demonstrates how France’s savage 1956-62 war in Algeria continues to infect today’s atrocities.

    Robert Fisk
    @indyvoices
    Monday 16 November 2015"


Source : http://www.independent.co.uk/voices/france-s-unresolved-algerian-war-sheds-light-on-the-paris-attack-a6736901.html

Michel Onfray a livré ces "analyses" :

"Michel ONFRAY ‏@michelonfray 14 nov. 

Droite et gauche qui ont internationalement semé la guerre contre l'islam politique récoltent nationalement la guerre de l'islam politique."
  

Source : https://twitter.com/michelonfray/status/665323498999386113

"Michel Onfray : "La France doit cesser sa politique islamophobe""

Source : http://www.lepoint.fr/societe/michel-onfray-la-france-doit-cesser-sa-politique-islamophobe-15-11-2015-1981858_23.php

Penchons-nous sur les "antécédents" de ces deux personnages.

Le journaliste britannique Robert Fisk utilise régulièrement, et de manière béotienne, la question arménienne pour médire contre la Turquie. Ainsi, il a soutenu que la fable du capitaine Sarkis Torossian était authentique, alors que des historiens "libéraux" turcs (Hakan Erdem, Edhem Eldem et Halil Berktay) ont démontré le contraire au travers de critiques rigoureuses et rationnelles. L'historien australien Jeremy Salt (qui partage pourtant certaines de ses vues en matière de géopolitique) a longuement réfuté les affirmations de Fisk sur le "génocide arménien" (son recours aux documents Andonian, à la propagande de guerre de Bryce et Toynbee, etc.) : http://www.avim.org.tr/yorumnotlarduyurular/en/ARMENIANS-AND-SYRIA-1915-AND-2013---30-December-2013---JEREMY-SALT/2195

Robert Fisk a également participé à la campagne mensongère sur le thème "Save Kessab", ce qui rétrospectivement le disqualifie un peu plus en tant que journaliste.

L'essayiste français Michel Onfray a soutenu le projet de loi Boyer, porté par des politiciens clientélistes (une loi invalidée par le Conseil constitutionnel, désapprouvée par Amnesty International, et de facto condamnée par la CEDH). Il a récemment accusé l'Azerbaïdjan de "racisme anti-arménien permanent et hystérique" : alors que l'Azerbaïdjan est un pays qui a une large portion de son territoire sous occupation militaire arménienne, qui fait face à un grave problème de réfugiés (des Azéris, mais aussi des musulmans d'autres ethnies, comme des Kurdes) à cause de cette occupation et de l'épuration ethnique organisée par les forces arméniennes. En outre, la capitale azerbaïdjanaise abrite encore une communauté arménienne. De son côté, l'Arménie est un Etat mono-ethnique du fait de l'exode généralisé de ses minorités.

Il est pertinent de mettre en évidence ces dérapages, étant donné qu'au même moment des turcophobes d'extrême droite convergent avec des ultra-nationalistes kurdes dans leurs efforts pour salir à tout prix la Turquie, après les attentats de Paris. Ainsi le gérant d'un site d'extrême droite (qui n'en est pas à son coup d'essai) a relayé une vidéo censée montrer un "défilé de soutien aux auteurs des attentats de Paris, à Gaziantep". Il s'appuie sur deux sources : le compte Twitter d'un sympathisant du PKK (qui a supprimé la vidéo) et celui de quelqu'un qui est plutôt hostile à l'Etat turc (mais qui a rectifié et admis que l'"information" était fausse). En effet, il s'agissait d'un mariage tchétchène ayant eu lieu en 2013, aucun rapport avec l'actualité.

Quant aux incidents consternants du match amical Turquie-Grèce, il faut se souvenir que le hooliganisme est malheureusement un problème chronique du football turc (même si on peut discerner quelques progrès dans la lutte sécuritaire contre ce phénomène, puisqu'il ne semble plus y avoir de violences équivalentes à celles de 2005 en intensité) : plusieurs joueurs turcs (dont Arda Turan, Olcay Şahan et Mehmet Topal) ont tenté de faire taire les sifflets et les slogans, et Fatih Terim (sélectionneur de l'équipe turque) a dénoncé énergiquement le comportement honteux de ces "ultras". A noter qu'"Allah Akbar" ("Allahu Ekber") n'a pas été prononcé et que rendre hommage dans le silence relève de l'impossible dans les stades turcs, y compris quand il s'agit d'honorer les victimes du PKK : https://www.youtube.com/watch?v=ewsykeazR84 

https://www.youtube.com/watch?v=ockN9182LmM

EDIT : la minute de silence pour les victimes de Paris, a été respectée par tous les supporteurs turcs, à l'occasion du match de basket Beşiktaş - Lietuvos Rytas du 18 novembre, qui s'est déroulé à Istanbul (le basket est un sport très populaire en Turquie)



Voir également : Des Turcs parmi les victimes des attentats de Paris

France : le NPA (pro-PKK) s'oppose à l'union nationale et réclame la levée de l'état d'urgence

Le député PS Jean-Marc Germain (vice-président du groupe d'amitié France-Arménie) a rencontré un des leaders du Hezbollah au Liban 

Le monstrueux attentat d'Orly : le terrorisme arméno-syrien contre la France
 
Monte Melkonian et l'attentat de la rue Copernic

La folle spirale de violence de l'activisme arménien
 
Le terrorisme arménien contre les démocraties
 

Le terrorisme arménien en France : images d'archives

Ils ont osé le dire : l'apologie insidieuse ou ouverte du terrorisme arménien

 
Avec des "modérés" pareils, les Arméniens de France n'ont plus besoin d'extrémistes : le cas Michel Marian
 

Le "Français" Shahnourh Varinag Aznavourian, dit Charles Aznavour, et l'organisation terroriste sanguinaire ASALA

Une question légitime à se poser : la violence terroriste est-elle consubstantielle au parti Dachnak ?