samedi 6 juin 2020

Le gouvernement de Talat Paşa (Talat Pacha) et la reconnaissance de la République d'Arménie (1918)




Vasif Qafarov et Qiyas Şükürov, Azərbaycan Cümhuriyyəti Tarixi : 1918-1920-ci illər (Osmanlı Arxiv Sənədləri Əsasında), Bakou, Elmin İnkişafı Fondu, 2017 :

"N° 166

[12 sentyabr 1918]

REPUBLIQUE ARMENIENNE

DELEGATION DE PAIX

N° 137

Constantinople, le 12 Septembre 1918

à Son Excellence Ahmed Nessimy Bey,
Ministre des Affaires Etrangères,
Constantinople

Excellence,

Le Gouvernement de la République Arménienne était convaincu que la reconnaissance de l'indépendance de l'Arménie de la part de l'Empire Ottoman, exprimée dans un certain nombre d'actes, avait eu lieu de par le consentement des Alliés de la Turquie, et aurait pour conséquence la même reconnaissance de la part de ces Alliés.

Ainsi que la chose a été éclaircie maintenant, d'après les traités supplémentaires signés le 27 Août dernier entre l'Allemagne et la Russie, parmi les Etats nouvellement formés dans la Transcaucaise, il n'y a que la Géorgie que l'Allemagne reconnaît comme indépendante.

La formation d'une Géorgie indépendante, conjointement avec la non reconnaissance de l'indépendance de l'Arménie et de l'Azerbaidjian, ne peut guère faciliter l'établissement de l'ordre dans le pays ; tout au contraire, cela amènera indubitablement les plus grandes complications, et contribuera beaucoup à tendre les relations entre les nationalités de la Transcaucasie. Il en sera de même si la question de la reconnaissance de l'indépendance de l'Arménie et de l'Azerbaidjian n'est que temporairement tenue en suspens.

Considérant ce qui précède, j'ai l'honneur de protester au nom de la République Arménienne contre la non reconnaissance de l'indépendance de l'Arménie, priant Votre Excellence de porter cette protestation à la connaissance du Gouvernement Imperial, tout en ajoutant qu'une protestation analogue sera incessamment présentée par Nous aux Autres Puissances de la Quadruple Alliance.

Veuillez croire,
Excellence,
à l'assurance de ma très haute considération.

Al. Khatissian
Ministre des Affaires Etrangères
de la République Arménienne,
Membre de la Délégation de Paix

HR.SYS, no. 2372/2, v. 99, səh. 1-2." (p. 217)

"N° 170

[23 sentyabr 1918]

PROTOCOLE SECRET


Les soussignés

Son Altesse Talaat Pascha, Grand-Vézir de l'Empire Ottoman,
 
et

Son Excellence Monsieur von Hintze, Secrétaire d'Etat des Affaires Etrangères de l'Empire Allemand,

s'étant réuni pour un échange de vues sur les questions du Caucase, déclarant ce qui suit :

1°) Le Gouvernement Impérial Ottoman déclare vouloir reconnaître dès à présent les Républiques d'Azerbaydjan du Caucase, de Géorgie et d'Arménie comme Etats indépendants.

Le Gouvernement Impérial Allemand, tout en étant prêt à reconnaître la Géorgie, regrette de ne pas être en mesure, à l'heure qu'il est, d'en faire autant par rapport à l'Azerbaydjan et à l'Arménie. Vu les engagements pris d'accord avec le Gouvernement Impérial Ottoman vis-à-vis des Géorgiens, le Gouvernement Impérial Allemand ne saurait plus ajourner longtemps la reconnaissance de la République de Géorgie.

Cependant il n'y procédera pas avant d'être entré en rapports avec les Gouvernements de fait qui se sont formés en Azerbaydjan et en Arménie, en déléguant des consuls dans ces pays.

Dans les cas où des complications surgiraient entre la Turquie et la Russie du fait de la reconnaissance des Républiques caucasiennes par le Gouvernement Ottoman, le Gouvernement Impérial Allemand fera tout ce qui est en son pouvoir pour écarter le un conflit et amener une entente entre son allié et la Russie.

Le Gouvernement Impérial Ottoman retirera sans délai les troupes ottomanes de l'Azerbaydjan et de l'Arménie. Le Gouvernement Impérial Allemand de son côté, offrira ses bons offices à l'effet que la Russie reconnaisse les Républiques d'Azerbaydjan et d'Arménie, dès que les troupes ottomanes auront été retirées des territoires, revenant à ces deux Républiques, sauf les gardes nécessaires pour garantir la sécurité du service sur la ligne Alexandropole-Djoulfa.

2°) Le Gouvernement Impérial Ottoman déclare qu'il a l'intention de travailler à la formation des Etats indépendants au Nord de la Caucasie et dans le Turkestan et de faire son possible pour assurer une alliance avec ces Etats et pour utiliser dans l'intérêt des alliés les nouvelles forces qu'on pourrait se procurer ainsi.

Le Gouvernement Impérial Allemand tout en regrettant de ne pas pouvoir dans les circonstances actuelles, prêter son concours au Gouvernement Impérial Ottoman dans ces entreprises, n'y soulèvera pas non plus d'objections.

3°) Le Gouvernement Impérial Ottoman et le Gouvernement Impérial Allemand useront de leur influence auprès des différents Gouvernements du Caucase et feront eux-mêmes tout ce qui dépend d'eux pour que, pendant la guerre, les Puissances de la Quadruple Alliance puissent s'assurer le maximum de profit de toutes les ressources économiques des dites régions.

Le Gouvernement Impérial Ottoman s'engage à user de son influence auprès du Gouvernement d'Azerbaydjan et à faire tout ce qui dépend de lui en ce qui concerne son propre territoire pour que, sans préjudice des droits privés, l'administration des champs pétrolifères et de l'industrie de pétrole ainsi que du chemin de Tiflis-Bakou et de la conduite de pétrole Bakou-Batoum soit confiée au Gouvernement Impérial Allemand pendant toute la durée de la guerre.

Le Gouvernement Impérial Allemand fera bénéficier l'Empire Ottoman, comme ses deux autres alliés, ainsi que la Russie et les différents Gouvernements du Caucase pour une part équitable à déterminer d'un commun accord entre les parties intéressées, des huiles, qui seront produites dans le district de Bakou.

4°) Le Gouvernement Impérial Allemand reconnaît que la situation des musulmans en Crimée, comme en Russie en général, en ce qui concerne la conservation de leur caractère national, de leur religion et de leur culture, est d'une importance particulière pour le Gouvernement Impérial Ottoman.

Sans préjudice à la forme politique future de la péninsule, le Gouvernement Impérial Allemand, en tant que cela dépend de lui, est d'accord que l'Etat de choses existant dans ce pays (un cabinet mixte avec un Président du Conseil Musulman) soit maintenu.

5°) Le Gouvernement Impérial Allemand reconnaît que la question de la flotte russe de la Mer Noire est d'une importance particulière pour le Gouvernement Impérial Ottoman.

Lors du règlement définitif de cette question, le Gouvernement Impérial Allemand s'engage à faire tout son possible pour assurer le renforcement de la flotte ottomane.

6°) Le Gouvernement Impérial Ottoman fera tout son possible auprès du Gouvernement de l'Azerbaydjan pour assurer aux colons allemands établis sur son territoire le même traitement qui leur sera accordé dans les autres parties de l'ancien Empire russe.

7°) Le Gouvernement Impérial Allemand et le Gouvernement Impérial Ottoman sont tout-à-fait d'accord pour maintenir, conformément aux dispositions de l'Art. VII du traité de Brest, l'intégrité territoriale et politique de la Perse.

Le Gouvernement Impérial Ottoman retirera ses troupes de la Perse, aussitôt que les opérations contre les Anglais seront finies. Il facilitera de toute façon la communication entre l'Allemagne et la Perse pendant le temps de l'occupation militaire.

Fait à Berlin, en double expédition

le 23 Septembre 1918.

Talat

Hintze

HR.SYS, no. 2303/14, v. 5, səh. 1-4." (p. 221-223)

Voir également : La politique arménienne des Jeunes-Turcs et des kémalistes  

Les tentatives de rapprochement turco-arménien en 1918

Le nationalisme turc et le panturquisme sont-ils les motifs des massacres et des déportations d'Arméniens (1915) ?

Les causes nationales ukrainienne et irlandaise dans la stratégie jeune-turque

Talat Paşa (Talat Pacha) et les Arméniens

"Génocide arménien" : les télégrammes secrets (authentiques) de Talat Paşa (Talat Pacha)


Le contenu des "carnets" de Talat Paşa (Talat Pacha)

Les assassinats de Talat Paşa (Talat Pacha) et de Simon Petlioura : la question de leur responsabilité personnelle dans les massacres dont ils ont été accusés


Après tout, qui se souvient de l'amitié indéfectible entre Talat Paşa (Talat Pacha) et Ernst Jäckh ? 

Talat Paşa (Talat Pacha), d'après diverses personnes


Enver Paşa (Enver Pacha) et les Arméniens
   
Cemal Paşa (Djemal Pacha), figure majeure de l'arménophilie turque
       
Les témoignages arméniens sur le "génocidaire" Cemal Paşa (Djemal Pacha)


Ahmet Rıza et les Arméniens
  
Le général Vehip Paşa (Vehib Pacha) et les Arméniens
     
Bekir Sami Kunduh : entre racisme anti-arménien et pragmatisme


Le "revirement" apparent des dachnaks Archak Djamalian et Alexandre Khatissian

Berlin, 1942 : rencontre entre Nuri Killigil (frère d'Enver Paşa) et Alexandre Khatissian (dachnak)